Accueil Créations 2005 Guten Tag Ich heisse Hans
Guten Tag ich heisse Hans
Spectacle créé en automne 2005 à Saignelégier, puis baladé à travers la Suisse romande en 2005 et 2006

La vie s'égraine dans une perfection joyeuse chez les Schaudi. On crée des Vorstellungen - présentations - censées redonner de l'espoir au peuple, on mange des Schnitzel et fait de gentilles promenades, jusqu'au jour où Hans se met à douter de cette vision du bonheur. Il tente alors, avec Lieselotte, de fomenter une rebellion contre le style de vie prescrit par ses parents. Hans parviendra-t-il, sans toutefois trop se mouiller, à retoucher l'image d'une famille parfaite et à transmettre des valeurs qu'il juge révolutionnaires, où l'inspecteur Derrick arrêterait tous les méchants et où chacun sur la terre aurait droit à une part égale de choucroute?

La famiille Schaudi devant le jeu télévisé

 

 

 

hans

 

 

 

hans

Hans: Lionel Frésard
Lieselotte: Lucienne Olgiati
Heinrich: Diego Todeschini
Liesl: Martine Corbat
Texte: Camille Rebetez
Mise en scène: Laure Donzé
Scénographie: Nicole Grédy
Eclairage: Jérôme Bueche
Costumes: Coline Vergez
Musique: Antoine Kauffmann
Diapositives: Marie Veya
Graphisme: Damien Comment
Régie: Jérôme Ingravallo:
Gaël Chapuis

Vorwärts:

Méthode d'apprentissage de l'allemand en vogue en Suisse romande dans les années 80 et 90, visant à faire apprendre aux écoliers des phrases utiles:

  • Wie komme ich am besten zum Rathaus?
  • Im Kino läuft ein Krimi!
  • Schnitzel, Prima!

Hans:

Fils modèle, polo saillant et frange bien coiffée, il pratique le Fussball avec son ami Klaus Schilling et sauve Lieselotte du désastre lorsqu'elle s'égratigne en forêt.

Heinrich:

Directeur de la Sparkasse de Cadolzburg, il pilote l'Opel familiale et décrète ce qui est convenable pour sa petite famille.

Liesl:

Tablier impeccable et chiffon à la main, elle gère comme il se doit l'intendance de la maisonnée, se gardant bien, si l'envie lui en prenait, d'interrompre son mari.

Lieselotte:

Accueillie par les Schaudi lors du voyage de ses parents en Amérique, cette jeune fille raisonnable et gentille ne fait pas la différence entre la poste et la droguerie de son village.